TQO: la Serbie bat de nouveau la France à Belgrade

Quatre jours après une première défaite à Paris, l'équipe de France s'est de nouveau inclinée face à la Serbie, samedi à Belgrade (94-88 a. p.). Mais les Bleus montent malgré tout en puissance à dix jours du début du TQO.

Il y a défaite et défaite. Samedi soir, les Philippines, qui seront le premier adversaire de l'équipe de France lors du Tournoi de qualification olympique (5-10 juillet, à Manille), ont été écrabouillés par l'Italie à Bologne (106-70). Au même moment, l'équipe de France a également perdu, en Serbie, mais après prolongation à l'issue d'une rencontre de bon niveau et engagée comme le sont rarement d'ordinaire les matches amicaux (94-88).

C'est certes la deuxième défaite en une semaine pour les Bleus face à la sélection coachée par Sasha Djordjevic, après celle concédée à l'AccorHotels Arena (79-77). Mais l'une comme l'autre leur ont permis d'effectuer ce que leur avait demandé Vincent Collet, à savoir augmenter leur niveau d'intensité défensive. Cela a été tellement vrai ce samedi dans une Kombank Arena assez calme que le score a mis du temps à décoller (6-7 après sept minutes, 34-36 à la mi-temps), avec longtemps le seul Joffrey Lauvergne (14 points), ancien joueur du Partizan, pour alimenter régulièrement la marque côté français.

Si les Bleus ont perdu deux fois, c'est qu'il y a eu des manques malgré tout. Trop de balles perdues ce samedi (16, autant que de passes décisives), avec encore des ballons lâchés dans la nature par Thomas Heurtel, de rebonds offensifs concédés (15), de trois points ratés (7/25). Manque de continuité dans les fins de match malgré la montée en puissance de Tony Parker (12 points) dans le quatrième quart-temps et une action parfaitement exécutée (fixation de Parker pour De Colo à trois points) pour obtenir la prolongation. Mais ces soucis ne sont pas une surprise vu que cette équipe a un très faible vécu commun en 2016 et récupère ses joueurs au fur et à mesure.

Cette fois, les Bleus ont au moins pu débuter la rencontre avec un véritable ailier-shooteur, Charles Kahudi, en attendant le retour espéré de Mickaël Gelabale (et de Rodrigue Beaubois) pour le dernier match de préparation face au Japon, mardi à Rouen. Lequel permettra sans doute de faire le plein de confiance à travers une victoire attendue face à une sélection qui fréquente rarement les tournois internationaux. Une défaite en Normandie serait très inquiétante. Celles concédées cette semaine ne le sont pas.

Retour à l'accueil