Shaun Livingston et Andre Iguodala, deux joueurs qui méritent largement de figurer dans le cinq de départ.
Shaun Livingston et Andre Iguodala, deux joueurs qui méritent largement de figurer dans le cinq de départ.

OAKLAND, Calif. - Les Cavaliers de Cleveland ont peut-être bâti l'équipe la plus dispendieuse de la NBA, mais à l'Ouest, les Warriors de Golden State ont développé le meilleur groupe de remplaçants pour venir en relève aux joueurs majeurs Stephen Curry, Klay Thompson et Draymond Green.

Ces remplaçants très soudés discutent régulièrement de l'importance de leur apport au sein de l'équipe, se rappelant qu'ils doivent rester prêts à remplir tous les rôles.

« Quand tu vois un homme par terre, tu t'assures de le relever et quand tu vois un homme debout, tu t'assures de le garder à un haut niveau parce qu'on ne sait jamais ce qui peut arriver, a mentionné Marreese Speights, vendredi. Nous avons besoin de chaque joueur pour gagner un autre championnat. »

Ces fiables réservistes ont justement fait leur travail lors de la victoire de 104-89 des Warriors lors du match numéro 1 de la finale, jeudi. Les Cavaliers doivent être un peu inquiets à l'aube de la deuxième partie, dimanche, sachant que Curry et Thompson réussiront tôt ou tard leurs lancers.

Shaun Livingston a joué pendant près de 27 minutes lors du premier affrontement et il a réussi huit de ses 10 lancers, lui qui a inscrit 20 points, un sommet en carrière en séries éliminatoires.

Leandro Barbosa a réussi ses cinq tentatives et il a amassé 11 points tandis que le joueur le plus utile de la finale en 2015, Andre Iguodala, a obtenu 12 points, sept rebonds et six aides.

« Nous n'entrons pas dans la mêlée uniquement pour donner un repos à nos coéquipiers. Nous voulons être productifs, amorcer des jeux et créer des choses. Tout est dans cette mentalité, a affirmé Livingston. Ça fait du bien de terminer un match où nos vedettes ont eu des difficultés et nous avons tout de même réussi à l'emporter. Nous avons confiance en nos moyens et tous peuvent élever leur jeu d'un cran. »

Les Warriors avaient aussi gagné le premier match de la finale en prolongation contre les Cavaliers, l'an dernier. Mais cette saison, la troupe de Steve Kerr croit qu'elle est encore mieux bâtie pour répéter l'exploit.

Même si leurs vedettes offensives semblaient rouillées, les Warriors n'ont commis que neuf revirements et ils ont été très hermétiques en défense.

Ce sont les petites choses qui rendaient Kerr anxieux et qui leur permettront de remporter un autre titre.

Retour à l'accueil