Houston met un terme à la série des Spurs

Les San Antonio Spurs, forts d'une série de sept victoires d'affilée, se sont inclinés sur le parquet des Houston Rockets vendredi soir (88-84). Les hommes de Gregg Popovich ont mal géré leur fin de match face à un James Harden (20 pts) qui a fini par peser.

La série de sept victoires consécutives des San Antonio Spurs a pris fin vendredi soir, sur le parquet des Houston Rockets (88-84). Maladroits (40,9% au tir), les hommes de Gregg Popovich ont craqué en fin de quatrième quart, sur deux tirs primés de James Harden (20 pts à 7/21 dont 2/6 à trois points, 9 pds). Si le trio Leonard-Aldridge-Duncan a été plutôt efficace (51 pts), les autres Spurs ont eu du mal à se montrer, à l'image de Tony Parker (2 pts à 1/7, 3 rbds, 3 pds). En sortie de banc, Boris Diaw a offert 10 points (à 5/11) aux siens. Houston profite de ce succès pour afficher un bilan positif (16v-15d), identique à celui des Memphis Grizzlies, sixièmes à l'Ouest. San Antonio conserve son avance sur l'Oklahoma City Thunder, battu par Chicago dans la même soirée.


«On doit trouver cette énergie tous les soirs»
«On a commis trop d'erreurs sur la fin, a regretté Tim Duncan (12 pts, 11 rbds). Un match mal maîtrisé, nous n'arrivions pas à nous mettre en rythme et il faut bien leur rendre ça. Ils ont été solides en défense». L'état d'esprit a été très apprécié par James Harden : «Nous sommes plus que capables. On doit se trouver. On doit trouver cette énergie, cette cohésion défensive, tous les soirs.»

A cinq minutes de la fin, Houston s'est appuyé sur un 8-2 en sa faveur pour prendre un avantage de sept points décisif (78-71, 43e). Moment choisi par Harden pour réussir ses deux tirs longue distance alors que Tim Duncan s'était démené pour inscrire deux paniers de l'autre côté. «Sur un des trois points nous n'avons pas défendu comme il le fallait sur un changement défensif et il a eu un tir gratuit, a analysé Gregg Popovich après le match. Sur le suivant, il était loin, Tim Duncan le collait et il a marqué un énorme tir. Ces deux paniers ont tout changé.»

Retour à l'accueil