Strasbourg fait tomber le Real Madrid

Trois semaines après avoir battu Fenerbahçe, Strasbourg a signé un nouvel exploit au Rhénus, vendredi soir, face au champion d'Europe en titre, le Real Madrid (93-86). Les deux équipes ont désormais le même bilan (2v/3d).

Les vendredi soirs au Rhénus semblent réussir à la SIG. Le 23 octobre dernier, les Alsaciens avaient passé 19 points (91-70) aux Turcs du Fenerbahçe. Ils ont signé une performance du même acabit ce 13 novembre, face au Real Madrid, qui a concédé une défaite de 7 points (93-86). Agressifs et adroits tout au long du match, les coéquipiers de Rodrigue Beaubois, encore une fois auteur d'une superbe prestation (16 pts à 6/10 et 6 passes), ont signé un départ de feu (7-0 puis 12-4 et 17-7), seulement entâché de quatre fautes.

Le Real Madrid n'est cependant pas le champion d'Europe en titre pour rien, et en deux minutes, il a réussi à renverser la situation, passant de -13 (22-9) à +3 (22-25). Les Madrilènes ont fini le premier quart en tête (24-25). Le temps fort des Strasbourgeois semblait être passé.


Exceptionnel Louis Campbell
Mais ils ont fait mieux que résister dans le deuxième quart, qu'ils ont remporté 27-19, pour compter 7 points d'avance à la mi-temps (51-44). Les mots du coach espagnol, Pablo Laso, durant la pause, («Je suis surpris par mon équipe. Au basket, il faut jouer en attaque et en défense») laissaient augurer d'un changement de mentalité des Madrilènes. Et en effet, ils ont repris le match de manière beaucoup plus agressive.

Mais portée par un Louis Campbell exceptionnel, qui a signé sa meilleure performance en Euroligue (23 pts, 5/6 à 2 pts, 4/5 à 3 pts), la SIG n'est pas tombée dans le piège. Les Alsaciens ont gardé leur calme, et leur adresse, et ce sont au contraire leurs adversaires qui ont commencé à s'affoler, et à déjouer. En voulant marquer trop vite pour remonter au score (78-63 à la fin du 3e quart-temps), les coéquipiers de Rudy Fernandez ont perdu pied. L'écart est tout de même passé sous les dix points en fin de match (87-78, 38e), mais l'avance des joueurs de Vincent Collet était trop importante pour qu'ils passent à côté de leur seconde victoire en cinq matches, qui leur permet de présenter le même bilan que leurs rivaux.

Retour à l'accueil