Golden State a eu chaud, mais s'en sort bien

Pour son deuxième gros test en autant de jours, Golden State n'a pas craqué face aux Chicago Bulls (106-94). Les Warriors ont ainsi signé une quatorzième victoire consécutive en début de saison et pourraient égaler le record absolu de NBA dimanche, à Denver.


Le match : Chicago s'accroche mais craque
Deux jours. C'est à peine le temps qu'il faudra attendre pour savoir si les Golden State Warriors, champion en titre, alors en déplacement sur le parquet des Denver Nuggets, seront capable d'aller chercher une quinzième victoire consécutive en début de saison, record absolu en NBA réussi par les Washington Capitols (1948-1949) et les Houston Rockets (1993-1994). Vendredi soir, le succès obtenu face à Chicago (106-94), à l'Oracle Arena d'Oakland a montré qu'une défaite dimanche constituerait une réelle surprise compte tenu du niveau de jeu des hommes de Luke Walton.

Face à un des favoris de la conférence Est, Golden State a, comme la veille face aux Los Angeles Clippers, eu du mal à trouver son rythme de croisière. Stephen Curry plus "discret" qu'à l'accoutumée (27 pts, 3/11 à trois points), les Warriors ont obtenu leur avance maximale en fin de match (+12), et ont été menés de 11 points en cours de premier quart (23-12, 7e). Il faut dire que l'activité incessante de Jimmy Butler (28 pts, 9 rbds, 7 pds) a constamment posé des problèmes à la défense des Californiens, d'autant plus que cette fois-ci, Pau Gasol (14 pts, 10 rbds) et Nikola Mirotic (18 pts, 10 rbds) ont constamment occupé les intérieurs locaux. La différence s'est faite en fin de match : encore à égalité à l'orée du money-time (89-89, 43e), Chicago a encaissé un 7-2 avant de voir Harrison Barnes (voir ci-dessous) valider définitivement le succès des siens.

Le joueur : Harrison Barnes
Le match plutôt discret au périmètre de Stephen Curry a permis de mettre en relief la prestation d'Harrison Barnes. Déjà très en vue face aux Los Angeles Clippers (21 pts, 7 rbds), l'ailier a confirmé sa bonne forme du moment en compilant 20 points et 9 rebonds vendredi soir. Surtout, il s'est montré décisif en fin de match pour creuser définitivement l'écart en inscrivant deux paniers à trois points consécutifs (102-92, 48e). Deux tirs qui lui ont valu d'être félicité par ses coéquipiers avant de laisser Stephen Curry inscrire les quatre derniers points de la partie.

18. Preuve que la partie a été serrée : il y a eu 18 changements de leader au cours de la rencontre et les deux équipes ont été à égalité 17 fois. Mais, inévitablement sur ce début de saison, Golden State a fini par avoir le dernier mot.

Retour Ă  l'accueil