"Le centrafricain n'aime pas son pays et je regrette de faire parti d'un groupe qui n'aime pas le développement du basket en RCA", a déclaré le vice-président de la Fédération Centrafricaine de Basket-ball au lendemain de l'Afrobasket 2015 qui s'est déroulé à Tunis du 19 au 30 août. Très déçu du classement de la Centrafrique à cette compétition, M. Fiacre Ndingatoloum veut que la lumière soit faite sur la gestion des fonds et sur l'organisation. Il attend également des explications claires et précises de la part du président et du TG de la FCBB sur la question concernant les contrats avec Orange et Peak. C'est à notre micro que Fiacre Ndingatoloum s'est confié à coeur ouvert.
"Le centrafricain n'aime pas son pays et je regrette de faire parti d'un groupe qui n'aime pas le développement du basket en RCA", a déclaré le vice-président de la Fédération Centrafricaine de Basket-ball au lendemain de l'Afrobasket 2015 qui s'est déroulé à Tunis du 19 au 30 août. Très déçu du classement de la Centrafrique à cette compétition, M. Fiacre Ndingatoloum veut que la lumière soit faite sur la gestion des fonds et sur l'organisation. Il attend également des explications claires et précises de la part du président et du TG de la FCBB sur la question concernant les contrats avec Orange et Peak. C'est à notre micro que Fiacre Ndingatoloum s'est confié à coeur ouvert.

Bonjour M. Fiacre Ndingatoloum, vous êtes le vice-président de la Fédération Centrafricaine de Basket-ball. Quel bilan faites-vous de la participation des Fauves à l'Afrbasket 2015?

Vice-président de la FCBB: "Bonjour M. Cyrille. Pour commencer je remercie la Coopération Française d'avoir soutenu le stage de préparation de Gravelines, hors mi les problèmes individuels des joueurs qui n'ont pas pu rejoindre les autres comme prévu, je peux dire que le stage s'est bien passé dans l'ensemble, mais je tiens à souligner que je n'ai pas jouer mon rôle du premier vice président responsable des questions techniques car je ne suis pas associé à plusieurs prises de décision relative à ces questions. "

En 2013, la Centrafrique a terminé à la 13e place, en 2015, le pays a été repêché avant de finir a la 14e place sur 16 équipes participantes. Comment expliquez-vous une telle descente vers la queue du classement général?

VP: "Je suis vraiment déçu de ce résultat et ce cela est lié au manque d'organisation et à la stratégie au sein de notre équipe à Tunis qui avait passée tout son temps à des réunions, le règlement des problèmes financiers qui ne devraient pas préoccuper les joueurs au moment de la compétition. Je le dis souvent, que les résultats de nos compétions sont prévisibles, pour gagner il faut se préparer physiquement, mentalement et financièrement et cela doit se baser sur un travail en équipe et une transparence dans la gestion des fonds."


Pensez-vous que la Fédération a contribué d'une manière ou d'une autre à ce énième fiasco?

VP: "Du point de vu organisationnel, je dirais oui, parce que la fédération n'a pas joué son rôle correctement, il y a trop de division au sein du bureau fédéral car les décisions prises ne sont pas toujours consensuelles. En plus de cela il y a beaucoup de conflit de compétence. Mais ce résultat négatif ne doit pas être attribuer seulement à l'équipe fédérale actuelle car c'est la somme des problèmes de nombreuses années qui nous suivent et aussi le manque de moyen de notre pays qui réagisse toujours au dernier moment pour le décaissement des fonds qui sont toujours mal gérés.

Enfin nous pouvons aussi dire, que l'on ne peut pas travailler sans un document de politique générale de basket ball car il faut savoir la où l'on veut se rendre, sinon on se perdra.
Pour cette question il est important de tenir les états généraux de basket pour qu'à la sortie de ses assises, une politique nationale et des orientations soient données pour le développement du basket ball en Centrafrique.
"


De nombreux fans n'hésitent pas à pointer du doigt la mauvaise gestion de la FCBB dans le dossier concernant la police d'assurance de Romain Sato. Que pouvez-vous nous dire à ce sujet?

VP: "Monsieur Cyrille, la question de l'assurance de Romain SATO est très délicate car cette question est géré personnellement par le président et le TG. Le président nous avait dit qu'il n'a pas reçu le montant du salaire de Romain à temps pour pouvoir faire le nécessaire ensemble avec l'assurance collective des autres joueurs qui a été payée et nous soulignons que l'argent pour le payement de cette assurance à été décaissé le vendredi dans l'après-midi selon les personnes qui ont déchargées cet argent. La fédération n'avait pas eu le temps nécessaire de le faire le nécessaire le même jour du décaissement de cet l'argent.
Le même soir, le président nous a dis encore que l'argent de l'assurance de Romain est transféré au TG pour faire le nécessaire, mais en raison des des jours fériés c'est techniquement pas possible de régler cette police d'assurance, sachant qu'entre temps, ce même vendredi ,Romain SATO à déclaré à la fédération lors d'un appel téléphonique qu'il ne pourra plus venir jouer parce que son assurance n'a pas été payée et la fédération lui a rassuré que le processus est en cours et il a dit non. Voila tout ce que je peux vous dire sur l'assurance de Romain SATO car je l'ai pas eu personnellement au téléphone et je ne sais pas aussi qui dit la vérité entre Romain et le Président
."

Selon une source, le président de la Fédération M. Jean de Dieu Mageot aurait touché des pots-de-vin des mains des joueurs locaux pour inscrire leurs noms sur la liste des présélectionnés. Avez-vous eu vent de cette information?

VP: "C'est ce que j'écoute et je n'ai pas eu le temps de poser cette question personnellement au président MAGEOT à Tunis pour ne pas soulever un autre problème qui va perturber les joueurs pour rien, donc cette question sera posé au président lors de la réunion de compte rendu de l'AFROBASKET et je pense qu'il nous dira le moment venu. Mais il y a des gens qui disent qu'ils peuvent témoigner si le président l'ignore."

Peut-on savoir combien les sponsors Orange et Peak ont déboursé à la Fédération pour figurer devant le maillot de l'équipe nationale centrafricaine? Et pourquoi l'emblème nationale et le nom "Centrafrique" ne figuraient pas devant celui-ci?

VP: "J'ai aussi posé la même question que vous M. Cyrille, mais je n'ai pas la réponse. A ma connaissance le sponsor Orange à donné 2.500.000 fcfa et pour le sponsor Peak je ne maîtrise pas leur arrangement avec la fédération Centrafricaine et je ne sais pas aussi quel contrat Peak a avec la fédération car je n'ai jamais vu un document de Peak ni une facture d'achat d'équipement de Peak, donc il est important que le président nous dise quel contrat lit la FCBB avec Peak et de nous justifier l'achat des maillots. Pourquoi les maillots ne portent pas l'emblème de la RCA car l'Etat à contribué à la hauteur de 9.000.000 fcfa pour l'achat de ces maillots en plus de 2.500.000 fcfa de la société Orange.Il faut interroger le président directement il pourra donner plus d'explication sur cette question, mais franchement nous sommes tous touché."

La coopération française a pris en charge la préparation des Fauves à Gravelines. Et la présidente de la transition Madame Catherine Samba-Panza a donné une enveloppe de 35 millions de Fcfa à la Fédération. Comment cet argent a été géré?

VP1. "La Coordination mise en place par le Ministre avait posé des questions sur les 35 millions mais nous n'avons pas encore reçu le rapport de la gestion de cet argent. J'ai posé la question personnellement au TG de la FCBB et il m'a dit qu'il a les justificatifs des fonds qu'il a géré dans les 35 millions avec les décharges.

Donc je ne maîtrise pas les dépenses de cet argent nous saurons d'avantage quand le TG déposera son rapport financier."

Fiba Afrique a décidé de faire passer la périodicité de l'Afrobasket 2015 de deux à quatre ans après 2017. Êtes-vous d'accord avec cette nouvelle formule?


VP. "Je pense que la nouvelle formule de FIBA est bonne mais l'appliquer immédiatement n'est pas possible pour les pays comme le notre qui ne dispose pas beaucoup de budget pour le sport, car les matchs seront joués dans tous les pays et les équipes vont jouer beaucoup de matchs dans différents pays.
Dieu merci, le Ministre de la jeunesse avait participé à la réunion organisé par FIBA pour expliquer la nouvelle formule donc il à des informations qui peuvent le motiver à trouver de financement pour que le basket-ball centrafricain répond présent à l’international
."


N'est ce pas là une occasion en or pour la Fédération de reconstruire et d'asseoir enfin un programme de formation ambitieux?

VP: "Il n'y aura jamais de temps spécial pour réfléchir sur le devenir du basket en RCA, nous devons seulement apprendre sur nos erreurs et réduire au maximum nos lacunes dans la gestion. Mais à ce stade, les états généraux de basket s'imposent pour le moment afin que nous finissons avec les maux qui perturbent le bon fonctionnement du basket ball.

Une politique de développement de basket ball est important, car c'est cette politique qui définira un programme de formation ambitieux de macrocycle et les grandes lignes que notre fédération et les ligues doivent suivre."

Je vous laisse l'honneur pour le mot de la fin.

VP: "Pour conclure je suis vraiment découragé de travailler dans un environnement pareil qui manque de sincérité et de volonté.
Le résultat de l'AFROBASKET reflète nos comportements entant que Centrafricain, nous voulons toujours privilégié l'intérêt individuel à celui de l'intérêt général qui prime.
Comment voulons-nous avoir de résultat avec ce comportement? Un exemple plus simple, nous avons mis en place une Coordination pour gérer l'AFROBASKET mais la Coordination n'a pas travaillé compte tenue de la mauvaise organisation, le Gouvernement à mit à la disposition de la délégation un gestionnaire des fonds de l'AFROBASKET et le gestionnaire s'est transformé en ordonnateur et patron de la gestion de cet argent au détriment du Ministre de la jeunesse qui est le président de la Coordination mise en place et l'ordonnateur officiel des dépenses. Je me pose la question de savoir quelle est l'importance de la mise en place de cette Coordination?
Sur cette question il y aura beaucoup de choses à se dire au moment de la réunion de la coordination et sur la gestion des fonds de l'AFROBASKET car il y a beaucoup des points sombres à éclairer sur les emplois du budget de l'AFROBASKET.
Le centrafricain n'aime pas son pays et je regrette de faire parti d'un groupe qui n'aime pas le développement du basket
en RCA.


Pour finir je remercie les joueurs qui ce sont battus corps et âme pour le nom de la RCA , le Gouvernement Centrafricain qui se traduit par les actes patriotique de la Présidente de la République et le peuple centrafricain de nous avoir soutenu moralement lors de la compagne de Tunis sans oublié les sponsors.
Je vous remercie.
"

Retour à l'accueil