Eurobasket 2015: Tony Parker sauve la France du piège belge

Longtemps menée au score, la France a eu toutes les peines du monde à venir au bout de la Belgique (74-72), ce samedi à Saint-Quentin. Il a fallu que Tony Parker (24 points) prenne les choses en main pour éviter aux Bleus de concéder une défaite qui aurait fait tâche, à deux semaines du début de l'Eurobasket.

Les matches de préparation pour l'EuroBasket ne sont pas une tournée de gala et si le bouillant public de Saint-Quentin était venu apprécier le show des Bleus, il a surtout vu un véritable match de basket. Un splendide alley-oop de Nicolas Batum, un contre monumental de Rudy Gobert et les raids de Tony Parker dans les premières secondes auraient pu laisser penser que la série des victoires faciles allait se poursuivre, la Belgique a rapidement démontré le contraire.

Dépourvus de taille, les Belges jouent petit et exploitent pleinement la capacité de leurs arrières à tenir la balle et celle de leurs intérieurs à s’écarter. Les deux ailiers-forts Maxime De Zeeuw et Pierre-Antoine Gillet ont puni les aides tricolores avec une régularité métronomique. Après la Finlande et la Géorgie, une autre équipe faisait du tir de loin l’arme fatale pour déstabiliser les champions d’Europe. Vendredi soir, la Géorgie avait bouclé les 20 premières minutes à 8/14 à trois-points. La Belgique est parvenue à faire mieux : 9/16. Les Bleus, eux, n’affichaient pas la même réussite et manquaient quelque peu de jus après avoir rallié l’Aisne en bus et en pleine nuit.

Même les mots de Vincent Collet ne suffiront pas à ralentir ce bombardement en règle. Malgré une agressivité défensive plus marquée les Belges continuaient à trouver des solutions à l’image du meneur Jonathan Tabu. A -11 (39-50), le boss choisissait cependant de prendre les affaires en main. Plus souvent facilitateur que scoreur depuis le début de la préparation, Tony Parker se lançait dans un impressionnant one-man show. Déterminé la star des Bleus remontait la température dans la salle et accessoirement les bretelles de ses coéquipiers. Bien épaulé par un Rudy Gobert très présent au rebond et Nando De Colo, ses deux tirs primés consécutifs ramenaient la France quasiment à hauteur (57-59) après un troisième quart-temps spectaculaire, à l’image d’un dunk en très haute altitude de Wen Mukubu.

Petit à petit la pression tricolore sur les porteurs de balle portait toutefois ses fruits ainsi que le poids des fautes. Le coach Eddy Casteels était d'ailleurs à deux doigts de finir le match aux vestiaires, excédé. Pendant plus de cinq minutes, ses troupes se contenteront de quatre maigres points tandis que les cadres Gélabale et Pietrus durcissaient les débats. Un 13-4 semblait suffisant pour mettre un terme à la résistance des Belges mais Gillet puis Hervelle relançaient le suspense. Il fallait deux paniers de Parker pour clore les débats, Tabu étant même à quelques centimètres de réussir un shoot depuis sa propre raquette après deux lancers-francs manqués, le seul domaine dans lequel TP n'aura pas été irréprochable (5/11).

Retour à l'accueil