Les centrafricains qui ont déjà perdu leur deux premiers matchs de l'Afrobasket 2015, ont désormais l'obligation de réagir de la plus belle manière contre l'Ouganda pour terminer troisième de leur groupe.
Les centrafricains qui ont déjà perdu leur deux premiers matchs de l'Afrobasket 2015, ont désormais l'obligation de réagir de la plus belle manière contre l'Ouganda pour terminer troisième de leur groupe.

En grève depuis jeudi et vendredi dernier, les joueurs de l'équipe nationale centrafricaine ont finalement trouver un compromis ce samedi avec la Fédération, qui leur aurait versé la somme des 12 000 euros, sous forme de manque à gagner. Chacun aurait reçu hier 1000 Euros en plus des 1500 Euros de prime de sélection qu'ils ont déjà toucher, nous a indiqué une source sous couvert de l'anonymat.

Il faut rappeler que l'état centrafricain avait versé les 12 000 euros à la Fédération Centrafricaine de Basketball pour régler les frais de la police d'assurance de Romain Sato, ce qui n'a jamais été fait par les dirigeants de la FCBB malgré l'énorme pression de l’opinion nationale. Ce méthode de fonctionnement n'a finalement pas laissé les Fauves indifférents, qui ont pris la décision de boycotter les séances d’entraînements du jeudi et vendredi dernier pour exiger au président de la FCBB M. Jean de Dieu Mageot, de leur partager cet argent en signe de motivation. Ce bras de fer entre les joueurs et la Fédé aura durer finalement trois jours, car c'est seulement hier (samedi) que le ministre centrafricain des finances, M. Yanendji a instruit le trésorier général de la fédération, M. Eric Damango à verser les 12 000 Euros aux Bamaras sous forme de manque à gagner, afin de les motiver pour la suite de la compétition. La même source nous a informé que le ministre centrafricain de la jeunesse et des sports, M Ningatoloum Sayo s'est également rendu hier à l’hôtel des joueurs, précisant que les 12 000 leur ont été partagé pour les motiver à montrer un meilleur visage lors des prochains matchs. L'on attend donc une première réaction d'orgueil des Bamaras ce dimanche à 17h00 contre l'Ouganda.

Face à de telles preuves d'incompétence notoire, de médiocrité, de désorganisation qui ne dit plus son nom, une pratique sordide et un manque de sérieux de certains dirigeants de la FCBB, l'on se demande comment ces derniers pourront encore rester à la commande au lendemain de ce championnat d'Afrique. La démission de ce bureau fédéral n'est plus de l'utopie, mais c'est plutôt une évidence, car ce que l'on qualifie de "mafia" doit cesser de sévir dans le milieu du basket centrafricain pour laisser enfin la place à des dirigeants compétents beaucoup plus sérieux et crédibles pour mener un projet ambitieux à long terme avec la reconstruction de ce sport roi.

Retour à l'accueil