Afrobasket 2015: les Fauves condamnés à l'exploit

A moins de deux semaines de l'Afrobasket 2015, prévu en Tunisie du 19 au 30 août, l'équipe nationale centrafricaine poursuit sa préparation au sportica de Gravelines sous les ordres du coach-chef Aubin Goporo et de son assistant Gabin Marida en attendant l'arrivée de Romain Sato. Annoncé forfait par certains sites, la star et leader des Fauves posera finalement ses valises à Gravelines mardi prochain. "La police d'assurance de Romain Sato sera payé dans les prochains jours et il rejoindra ses partenaires très bientôt en vue de la compétition", avait annoncé le président de la Fédération Centrafricaine de Basket-ball, Jean de Dieu Mageot, vendredi dernier lors de la cérémonie du lancement du tournoi amical inter-arrondissements de Bangui, initié par l'association "Mamboko na Mamboko", en partenariat avec la Coopération française qui a pris en charge la totalité des frais de la préparation des "Bamaras" à Gravelines, faut-il le rappeler.

Deux ans après la grande débâcle de 2013 à Abidjan, où la Centrafrique avait terminé à la 13e place sur les 16 équipes participantes, les Fauves, portés par l'espoir de tout un peuple, visent un retour au premier plan africain. Cela fait déjà 28 ans que l'équipe nationale centrafricaine, deux fois championne d'Afrique (1974 et 1987), court après le troisième sacre continental. Très affaiblit par les forfaits de Michael Mokongo, James Mays, William Kossangue et Maxime Zianveni, la Centrafrique est condamné à l'exploit en terre tunisienne pour déjouer tous les pronostics des observateurs. Très respectés par ses joueurs pour sa qualité de travail remarquable et pour sa simplicité en dehors du parquet, le coach Aubin Goporo fait l'unanimité au sein du groupe Centrafrique. "C'est un excellent entraîneur, je me suis jamais entraîne à un niveau aussi élevé. J'ai beaucoup de respect pour ce qu'il fait. Il croit en nous et on travaille dur chaque jour. Je ne serai pas surpris que l'équipe fasse un meilleur résultat en Tunis. Il nous demande souvent plus d'efforts pendant les entraînements.", a confié Guy Kodjo (joueur le plus capé de l'histoire des Fauves) à notre rédaction. "Le niveau des entraînements est très élevé. On se bat jusqu'à l'épuisement", déclare Max Kouguere à Aristide Ganabo en souriant.

Ce travail de qualité peut emmener les Fauves loin dans la compétition, même si le camp centrafricain ne comprend toujours pas pourquoi les croisements du second tour ont été modifiés par Fiba Afrique: "Normalement, on devrait affronter au second tour l'une des équipes du groupe C, c'est à dire le Cameroun, l'Egypte, le Mali ou le Gabon, mais on vient de remarquer une modification que personne ne peut justifier. Pour une question de principe, on veut bien avoir des explications de la part des responsables de Fiba", a déclaré un membre du staff technique centrafricain sous couvert de l'anonymat. La Centrafrique croisera au second tour, l'une des équipes du groupe B, où sont logés l'Angola (tenant du titre), le Sénégal (médaillé de bronze), le Maroc et le Mozambique. Il faut noter que le premier croisement était favorable aux Fauves, car le Cameroun, l'Egypte, le Mali et le Gabon sont des équipes prenables par rapport à l'Angola et le Sénégal, qui sont deux sérieux prétendants au titre.

Retour à l'accueil