Le tirage au sort de l'Euroligue

Limoges, qui va retrouver plusieurs Français, et Strasbourg, placé dans la poule du Real Madrid, devront signer des exploits afin d'enfin accéder au Top 16.


Il n'y a plus depuis longtemps de tirage facile pour les clubs français en Euroligue. Et encore plus quand vous êtes placés dans le sixième et dernier chapeau. Au moins Limoges, le champion de France, et Strasbourg, qui bénéficie d'une invitation, savent-ils maintenant contre qui ils vont devoir réaliser des exploits pour accéder au Top 16. Ce qu'aucun club de Pro A n'a plus réussi depuis Pau-Orthez en 2007.


Le tirage au sort :


Groupe A : Etoile Rouge de Begrade (SER), Fenerbahçe Istanbul (TUR), Real Madrid (ESP), Khimki Moscou (RUS), Bayern Munich (ALL), Strasbourg (FRA)


Groupe B : Anadolu Efes Istanbul (TUR), Limoges (FRA), Milan (ITA), Olympiakos Le Pirée (GRE), Vitoria (ESP), Cedevita Zagreb (CRO)


Groupe C : Panathinaikos Athènes (GRE), FC Barcelone (ESP), Karsiyaka Izmir (TUR), Zalgris Kaunas (LIT), Lokomotiv Kuban Krasnodar (RUS), Stelmet Zielona Gora (POL)


Groupe D : Brose Bamberg (ALL), Darüssafaka Istanbul (TUR), Unicaja Malaga (ESP), CSKA Moscou (RUS), Banco di Sardegna Sassari (ITA), Maccabi Tel-Aviv (ISR)


Le tirage au sort effectué jeudi à Barcelone a placé Strasbourg dans le groupe A avec le tenant du titre, le Real Madrid. Le champion d'Espagne est intouchable, sauf exploit rarissime comme la victoire de Nanterre à Barcelone (71-67) en 2013. Il ne faut pas beaucoup plus espérer face au Fenerbaçe Istanbul de Zelijko Obradovic, demi-finaliste au printemps et qui a encore recruté Pero Antic et Kostas Sloukas, deux anciens vainqueurs de l'épreuve, voire face au Khimki Moscou, qualifié grâce à son titre en Eurocoupe. La qualification pourrait donc se jouer avec le Bayern Münich, qui n'a gagné que deux matches au premier tour l'an dernier (comme le CSP), et l'Etoile Rouge de Belgrade, dont l'effectif est régulièrement pillé. Ce qui n'a pas empêché les Serbes, qui s'appuient beaucoup sur la formation locale, de finir deuxièmes de leur poule l'an dernier.


De son côté, le CSP sera de nouveau petit poucet de son groupe en compagnie du Cedevita Zagreb, qu'il avait battu à Beaublanc (71-60) avant d'être écrasé au retour en Croatie (102-83). Ces deux-là devront de nouveau hausser leur jeu à un niveau inédit pour éliminer l'une des quatre autres équipes, l'Olympiakos (vainqueur de l'épreuve en 2012 et 2013), l'Efes Istanbul de Thomas Heurtel, le Vitoria de FAbien Causeur et Kim Tillie et Milan. Ces clubs étaient déjà dans la même poule en 2015... lors du Top 16 !

Retour à l'accueil