Afrobasket 2015: Cheikh Sarr pas inquiet du retard de ses joueurs cadres

A un peu plus d'un mois du début de l'Afrobasket prévu du 19 au 30 août prochains en Tunisie, l'entraîneur de l'Equipe nationale Sénégalaise ne semble pas être inquiet du retard accusé par certains de ses cadres dans la préparation.


«On est presqu’à un mois de notre premier match, le 20 août, mais je crois qu’il faut y aller petit à petit. Les joueurs qui vont venir sont des cadres. Ils peuvent facilement s’adapter aux choix tactiques de l’entraîneur. Cela ne devrait pas poser un problème», a rassuré hier le coach Cheikh Sarr, répondant à la question sur l’absence de certains cadres de l’équipe.


A l’entame de la seconde phase de préparation des Lions au stadium Marius Ndiaye hier, il manquait encore à l’appel Alces Badji, Antoine Mendy, Ibrahima Thomas, Saër Sène, Maurice Ndour et Gorgui Sy Dieng. Sur les 20 présélectionnés, le staff a entamé la deuxième semaine avec seulement 12 joueurs.


Au-delà de leur statut de «cadres» de la Tanière, les retardataires peuvent disposer des schémas tactiques en dehors même du parquet, informe-t-on. «Tous les schémas sont écPar Woury DIALLOrits. On peut les leur donner en attendant la pratique. C’est pour dire qu’il ne peut donc pas y avoir un problème», confie le technicien sénégalais.


En contact permanent avec le staff technique, les retardataires ne manquent donc pas de s’imprégner du déroulement de la préparation. «Il est bien d’avoir tout le monde pour bien démarrer, mais ce sont des professionnels. Il n’y a pas de soucis à se faire à ce niveau», souligne coach Sarr.


Après les arrivées de Mouhamed Faye et Xan D’Almeida durant le week-end, la Tanière devrait être au complet d’ici la fin de la semaine. Certains comme Alces Badji ou encore Antoine Mendy devraient rejoindre le groupe dans les toutes prochaines heures. Par contre, les incertitudes planent sur la présence de Maurice Ndour très proche de s’engager avec un club à l’issue de la Summer League.


Quant à Gorgui Sy Dieng, il attend le paiement de son assurance sans laquelle il ne peut s’entraîner avec les Lions. Contrairement aux autres retardataires, le pivot des Wolves de Minnesota a rallié la capitale sénégalaise depuis le week-end dernier.


En l’entame de la deuxième semaine de préparation toujours à Dakar, le staff technique a d’ailleurs pu accélérer la cadence avec les 12 Lions présents. «On enchaîne sur les bases de la semaine dernière. On fait 40% de physique, 30% tactique et 30% technique», souligne Cheikh Sarr.


Sur l’aspect technique, le staff entend mettre l’accent sur «les shoots et au niveau des écrans. Ensuite, le niveau sera plus élevé la semaine prochaine avec moins de physique qui peut baisser jusqu’à 20%... Mais on va garder les séances de musculation».
Pour les raisons de la Korité, les Lions auront droit à quelques jours de repos en fin de semaine, avant d’aborder la troisième «étape» de la préparation dès la semaine prochaine.

Quand le DTN shoot plus vite que le ministère des Sports

Les textes sont clairs : le Directeur technique national du basket est nommé par arrêté par le ministre des Sports sur proposition de la Fédération. En clair, officiellement Maguette Diop n’est pas, pour le moment, le DTN du basket sénégalais. On peut donc s’étonner qu’il fasse le tour des plateaux télé et radio pour commenter ses nouvelles fonctions et décliner son programme. Une démarche qu’il devait adopter après la signature de l’arrêté ministériel. D’où la question qui revient sur le parquet : pourquoi se presse-t-on du côté de la Fédé pour mettre en piste Maguette Diop ? Pourquoi Max veut shooter plus vite que la tutelle ? Sûrement Me Ndiaye a la réponse…

Retour à l'accueil