Pourquoi le titre tend les bras aux Warriors

Souverains sur l’ensemble de la saison régulière et relativement tranquilles en play-offs, les Golden State Warriors attaquent les Finales NBA avec la faveur des pronostics.


Showtime ! Après le marathon de la saison régulière et quasiment deux mois de play-offs, les Finales NBA débutent ce jeudi, à l’Oracle Arena d’Oakland (dans la nuit de jeudi à vendredi, 3 heures du matin). Qui de Golden State ou Cleveland sera champion ? La plupart des pronostiqueurs mettraient leurs économies sur les Warriors. La rédaction de Sport24 aussi. Voici cinq raisons pour lesquelles les Californiens ont de bonnes chances d’être sacrés :
Stephen Curry : Déjà considéré comme le meilleur shooteur de l’histoire, Stephen Curry, 27 ans, a parfaitement assumé son statut de MVP durant les play-offs. 29,2 points, 43,7% à trois points, 4,9 rebonds, 6,4 passes et quasiment 2 interceptions par match : l’ancien élève de Davidson fait encore mieux qu’en saison régulière ! Qui se chargera de défendre sur lui ? Iman Shumpert semble être le choix le plus logique, sachant que Kyrie Irving est limité par les blessures. LeBron James, qui peut garder les cinq positions (!) prendra son tour également. Mais les responsabilités offensives qui sont les siennes dans cette équipe ne lui permettront pas de mettre trop d’énergie trop souvent pour défendre sur l’insaisissable Curry. «Comment ralentir Stephen Curry ? Pareil que pour moi. Vous ne pouvez pas le faire», a résumé James.
L’avantage du terrain : Soutenus par les meilleurs supporters de la NBA, les Warriors sont quasi imbattables chez eux, à l’Oracle Arena. Seuls San Antonio, Chicago (saison régulière) et Memphis (play-offs) l’ont emporté à Oakland cette saison. Soit un bilan de 46 victoires et 3 défaites. En résumé, l’avantage du terrain devrait, a priori, être une donnée importante de l’équation… Rappelons que, contrairement aux années précédentes (2-3-2), les Finales se dérouleront sur un format 2-2-1-1-1, avec les matches 1 et 2 en Californie.


La défense en général et sur James en particulier : Si l’attaque des Warriors a souvent été mise en avant, c’est surtout la défense, la meilleur de l’Association, qui aura été à la base de leur succès tout au long de la saison. C’est toujours le cas depuis le début des play-offs (98,9 points encaissés par 100 possessions) et ce sera assurément l’une des clés des Finales. Le tout autour du totem Andrew Bogut, avec le concours du deuxième meilleur défenseur de la saison, Draymond Green. D’ailleurs, Steve Kerr pourra essayer plusieurs options pour tenter de freiner «King James», avec justement Green, mais aussi Andre Iguodala et Harrison Barnes, voire Klay

Thompson. Cette succession de défenseurs ralentira-t-elle «LBJ» ?

Profondeur de banc : Les Warriors ont l’un des effectifs les plus longs de toute la NBA cette saison. Outre le cinq majeur, emmené par le MVP Stephen Curry (Thompson, Barnes, Green, Bogut), Steve Kerr peut pianoter sur un banc de qualité, avec notamment l’ancien All Star Andre Iguodala et l’ex futur-star Shaun Livingston, mais aussi les intérieurs Festus Ezeli et Marreese Speights, David Lee ou encore l’électrique Leandro Barbosa. En cas de série longue, ce facteur pourrait être déterminant… Rappelons que les Cavaliers sont, eux, assez pauvres en dehors de LeBron James, Kyrie Irving, Tristan Thompson, Timofey Mozgov, JR Smith et Iman Shumpert. Relativement limité, Matthew Dellavedova a crevé l’écran à quelques occasions et fait parler de lui dans ces play-offs. Reste à savoir ce que les anciens champions que sont Shawn Marion, James Jones et autre Mike Miller apporteront.


Les Warriors sont en meilleure santé : Les blessures ont été au cœur de l’actualité dans ces play-offs. Et les Cavaliers ont eu leur part… Troisième meilleur joueur de Cleveland, Kevin Love s’est blessé à l’épaule lors du dernier match de la série contre Boston, au premier tour. Il n’a plus joué depuis, ne reprendra pas avant plusieurs semaines et son adresse longue distance manquera cruellement aux siens contre Golden State. Kyrie Irving, qui souffre d’une blessure à un genou depuis plusieurs semaines, a quant à lui reconnu qu’il ne sera pas à 100% pour les Finales, «sauf miracle». Sa santé sera sans conteste l’un des facteurs X des Finales. D’ailleurs, LeBron James a lui aussi connu des pépins, sans oublier Anderson Varejao, out depuis plusieurs mois déjà. A l’inverse, les Warriors sont au complet, avec le retour attendu de Marreese Speights (mollet) et le feu vert donné à Klay Thompson (commotion).


Le programme des Finales NBA :
Match 1 : Golden State-Cleveland (04/06)
Match 2 : Golden State-Cleveland (07/06)
Match 3 : Cleveland-Golden State (09/06)
Match 4 : Cleveland-Golden State (11/06)
Ni nécessaire
Match 5 : Golden State-Cleveland (14/06)
Match 6 : Cleveland-Golden State (16/06)
Match 7 : Golden State-Cleveland (19/06)

Retour à l'accueil