LeBron James est un être humain, finalement

Incandescent lors des trois premiers matches, LeBron James, fatigué et placé sous bonne garde, était un cran en dessous jeudi, à Cleveland, lors du Game 4. Rien d’infamant, il a flirté avec le triple-double. Mais pas assez pour masquer les lacunes de son équipe.


41 points, 12 rebonds, 8 passes décisives. Ce sont les statistiques hallucinantes affichées par LeBron James lors des trois premiers matches des Finales NBA, dont deux remportés par «ses» Cavaliers après la blessure de Kyrie Irving, out pour le reste de la série, pour plusieurs mois en fait. Assez pour mettre les Warriors sur le grill avant la quatrième manche et pour valoir tous les éloges au «King». «Après les trois premiers matches, LeBron James devrait figurer sur le Mont Rushmore de tout le monde (le top 4 des meilleurs joueurs de l’histoire du basket, Ndlr), y compris le mien», a osé Magic Johnson sur Twitter, après avoir déjà expliqué que «si LeBron James continue de jouer comme il joue et que les Cavs remportent le titre, ce sera la plus grande performance individuelle qu’on a vu dans les Finales». Rien d’outrancier là-dedans. L’ancienne gloire des Lakers a simplement résumé l’avis général à la perfection au vu des performances inimaginables du n°23 de Cleveland.


Une petite frayeur et quelques points de suture
Mais ce dernier a finalement montré, sinon des faiblesses, qu’il est tout simplement humain jeudi, lors du Game 4 (défaite 82-103). On pouvait pourtant avoir quelques doutes sur la question depuis le début des Finales… Tout d’abord, on l’a vu saigner. C’est une preuve ! Toute blague mise à part, «LBJ» a été envoyé dans le décor en fin de première période par Andrew Bogut. Il a atterri, tête la première, sur une caméra. On notera que le pivot australien a accusé James d’avoir plongé sur le caméraman. Ce n’est pas aussi clair sur les images… Le Cav en a été quitte pour une petite frayeur et quelques points de suture. Combien ? «Assez pour me recoudre», s’est-il amusé. Bonne nouvelle : il n’y a aucun soupçon de commotion. «Je vais bien. On m’a juste fait quelques points de suture et j’ai une petite migraine maintenant, mais ça ira», a-t-il déclaré.


LeBron James - Draymond Green
«Comment va sa tête ? J’espère qu’il est OK, a quant à lui expliqué David Blatt, en conférence de presse. Ce n’est pas très grave, juste une coupure. Le connaissant, je suis sûr que ça va.» C’est d’ailleurs pour cela que l’ancien coach du Maccabi Tel Aviv a fait jouer LeBron 41 minutes jeudi soir. Le staff médical lui a prodigué quelques soins au fil du match, pour éviter d’éventuelles crampes par exemple. Mais James ne peut malgré tout pas jouer l’intégralité des matches. Il était sur le banc au début du quatrième quart, quand les Cavs ont commencé à prendre le bouillon. Pas le choix. «C’est un fait : c’est un être humain et je dois lui donner quelques minutes de repos ici et là», a dit Blatt, confirmant l’évidence.


20 points, 12 rebonds et 8 passes, mais…
En termes de performance globale, le natif d’Akron est apparu un ton en dessous cette fois, lui qui doit se démultiplier dans cette série, rendre l’extraordinaire ordinaire en l’absence de Love et Irving. Certes, James a flirté avec le triple-double : 20 points, 12 rebonds et 8 passes. Ce n’est pas rien et il ne s’agit pas de dire que si Cleveland a perdu, c’est de sa faute. En fait, le commun des mortels se satisferait déjà de pouvoir faire ce qu’il a fait jeudi. Mais il n’a rentré que 7 tirs sur 22 (31,8%), dont 1/4 de loin et 5/10 aux lancers. Avec cinq fautes. Insuffisant pour masquer les lacunes d’une équipe privée de deux de ses trois All Stars.


La fatigue peut sans doute expliquer cela, au moins en partie. «Si j’ai senti mon équipe un peu fatiguée ? C’était le troisième match en cinq jours, avec un déplacement depuis la Côte Ouest, et ça a visiblement eu un impact sur nous, oui», reconnait Coach Blatt, qui ne pianote réellement que sur sept joueurs face aux Warriors. Bien sûr, cet état de fatigue généralisé concerne James aussi, même si ce dernier n’est pas du genre à chercher des excuses. Il a d’ailleurs rappelé face aux médias que son équipe avait remporté la bataille du rebond (49-46), obtenu 16 rebonds offensifs et inscrit 20 points en seconde chance. Sans oublier les 46 points des Cavaliers dans la peinture pour faire payer aux Warriors leur «small ball».


«Mais on n’arrivait pas à rentrer nos tirs de loin ce soir (jeudi) et ça nous a fait mal», a-t-il souligné. «Cette maladresse collective à trois points (4/27, Ndlr) met encore un peu plus de pression sur lui», a noté David Blatt. Moins de menace au-delà de l’arc de cercle, moins d’espace pour LeBron James dans la raquette et en pénétration. L’équation est simple. Iman Shumpert, «Delly» et JR Smith n’ont rentré que 3 tirs primés sur 22 à eux trois dans ce match.


Iguodala excellent des deux côtés du terrain
C’est un de moins que l’excellent Andre Iguodala (4/9 de loin), aussi brillant offensivement (22 pts, 8 pds) que défensivement (8 rbs, 1 int), lui qui a passé le plus clair de son temps sur le dossier LeBron James. D’ailleurs, le double champion était à 4/14 avec «Iggy» sur le dos jeudi, 18/54 sur l’ensemble de la série. Titularisé en lieu et place de Bogut, l’ancien All Star a donc fait un match plein. D’ailleurs, la défense proposée par Steve Kerr, auteur d’un coaching gagnant à tout point de vue, à LeBron James était un poil différente des dernières fois, avec plus de prises à deux, plus rapidement : «On était un peu plus lent dans nos mises en place, on ne le servait pas toujours dans les meilleures circonstances», analysait David Blatt.


Bonne nouvelle pour LeBron James et les Cavaliers : ce ne sont pas 48, mais 72 heures qu’il y a entre les matches 4 et 5 de ces Finales NBA. Le temps de recharger les batteries ? Une chose est sûre : Cleveland, qui aurait pu mener 3-1 en cas de succès la nuit dernière, est toujours à deux matches d’un titre historique. Mais Stephen Curry et Golden State aussi…


Calendrier et résultats des Finales NBA :
Match 1 : Golden State-Cleveland 108-100 ap
Match 2 : Golden State-Cleveland 93-95 ap
Match 3 : Cleveland-Golden State 96-91
Match 4 : Cleveland-Golden State 82-103 (égalité, 2-2)
A suivre
Match 5 : Golden State-Cleveland (14/06)
Match 6 : Cleveland-Golden State (16/06)
Ni nécessaire
Match 7 : Golden State-Cleveland (19/06)

Retour à l'accueil