Nando De Colo en quête du graal européen

Unilatéralement désigné meilleur Français de la saison par Nicolas Batum, Nando de Colo a d’ores et déjà réussi son pari au CSKA Moscou, après une expérience en demi-teinte en NBA. Le «combo-guard» international tentera de décrocher le graal ce week-end lors du Final Four de l’Euroligue à Madrid.


Séance de rattrapage pour Nando de Colo ce week-end. Forfait de dernière minute pour la campagne de l’équipe de France à la Coupe du monde 2014, dont la phase finale s’était déroulée sur les planches du Palacio de Deportes, le «combo-guard» international tricolore tentera de remporter l’Euroligue dans cette même enceinte madrilène ce week-end, lors du Final Four de la «C1» cuvée 2015. Un Final Four auquel, évidemment serait-on tenté de dire, le CSKA Moscou sera en lice. Le géant russe, six fois champion d’Europe, dont en 2006 et 2008, défiera l’Olympiakos Le Pirée, tandis que le Real Madrid, à domicile, affrontera Fenerbahçe. Deux chocs à savourer ce vendredi, la finale et la petite finale étant prévues dimanche. Le CSKA, surpris en demies l’année dernière par les futurs champions du Maccabi Tel Aviv de David Blatt, dispose d’un budget XXL, le plus gros du continent (plus de 40 millions d’euros). Assez pour s’offrir une véritable armada, avec, entre autres, Victor Khryapa, Milos Teodosic, Andrei Kirilenko, Sonny Weems, Sasha Kaun, Andrey Vorontsevich… Le tout sous la direction du coach Dimitrios Itoudis.


Plus de 14 points et quasiment 17 à l’évaluation en Euroligue
Après deux années en demi-teinte en NBA, à San Antonio puis Toronto, on aurait donc pu se dire que Nando De Colo, finaliste de l’Eurochallenge en 2009 avec le CB, vainqueur de l’Eurocoupe en 2010 avec Valence (finaliste en 2012) et champion d’Europe avec les Bleus en 2013, faisait un choix risqué en signant au CSKA l’été dernier. Une question légitime, malgré les qualités de ce joueur connu et reconnu sur la scène continentale. Mais la réponse est très claire et le pari, réussi. Et comment ! De Colo, c’est 14,2 points à 51,4% de réussite à deux points, 46% à longue distance et 91,2% aux lancers-francs, 3,2 rebonds, autant de passes décisives, 1,4 interception, 16,8 à l’évaluation et 1,7 perte de balle en 24,3 minutes de moyenne lors de ses 26 matches (10 titularisations) dans le cadre de l’Euroligue en 2014-15. Voilà qui pose un homme…


Nando de Colo, c’est le MVP français de l’année, un grand d’Europe
— Nicolas Batum


Du côté des distinctions individuelles, on soulignera que le Nordiste de 28 ans fait partie des trois nommés pour le titre de MVP en Russie et qu’il a été inclus dans le deuxième cinq majeur de l’Euroligue. Une sacrée reconnaissance… Mais la plus belle récompense, le plus beau compliment, De Colo l’a sans doute reçu de de la part de Nicolas Batum, interrogé à son sujet par nos confrères de L’Equipe : «Quel Français a réalisé la meilleure saison, tous continents confondus ? C’est Nando (de Colo). C’est le MVP français de l’année, bien sûr. Je savais qu’il allait être bon au CSKA, mais pas à ce point-là. Il a encore progressé. Il est plus fort qu’avant. Je suis fan. C’est mon joueur préféré en équipe de France. Il a été constant. Il a montré que c’est un grand d’Europe. Il a été très bon dans l’un des meilleurs clubs européens. Félicitations à lui.»


La NBA l’a rendu plus fort

Une déclaration d’amour «basketballistique» qui résume tout, qui dit tout, qui symbolise le sentiment général. Bien sûr, Rudy Gobert a brillé en NBA, mais le point de vue de «Batman» se défend au sujet du «titre» de MVP français qu’il accorderait à Nando de Colo… Un Nando de Colo qui a clairement pris de la bouteille depuis ses débuts en Euroligue, lors de la saison 2010-11, sous les couleurs du club espagnol de Valence. S’il a manqué de temps de jeu, de confiance et de responsabilités lors de ses deux années outre-Atlantique, surtout la deuxième, il a visiblement quand même réussi à tirer du bon de cette expérience. Il en est revenu plus dur, plus fort, plus solide. Après, on connait ses qualités, elles n’ont pas changé.


Mais il fait tout un peu mieux que ces dernières années. Scoreur efficace et fiable, chef d’orchestre altruiste, classieux et toujours concerné par la récupération du ballon, il a un impact énorme au sein de cette constellation d’étoiles moscovite. Rappelons que son intégration a pourtant été perturbée par une blessure en début de saison. Qu’importe. Ce n’était qu’un simple contretemps. De Colo, c’est le geste juste en toute circonstance. A noter que l’intéressé, dont on se souvient qu’il avait réalisé un sans-faute au tirs contre Malaga (28 points à 11/11, dont 4/4 à trois points, et 2/2 aux lancers, 2 rebonds, 2 passes, 2 interceptions - victoire 101-74), a été désigné MVP de la semaine deux fois en «C1» (3e et 7e journées du Top 16) et une fois MVP du mois (janvier), lui qui forme une «doublette impressionnante» avec Teodosic, dixit Batum.


Effacer la désillusion de l’année dernière

Une doublette et tout un groupe qui aura toutefois fort à faire contre l’Olympiakos en demies. Mais l’ambition est là, légitime, du côté du CSKA. Surtout après la désillusion de l’année dernière. «L’attente est là depuis le début de saison, expliquait De Colo ces derniers jours, sur les ondes d’RMC, dans l’émission Basket Time. On sait que le Final Four, c’était le minimum pour nous. Maintenant, il faut aller chercher le titre. On a un nouveau staff, un coach jeune mais expérimenté et l’envie de prouver qu’on est capable de gagner. Il faut faire abstraction de ce qui a pu arriver par le passé et se concentrer sur ce qui arrive.» D’un point de vue franco-français, espérons que ce qui arrive soit un sacre dans la plus belle compétition d’Europe pour Nando De Colo et ses coéquipiers du CSKA Moscou, par ailleurs toujours en course en VTB League.


Programme du Final Four de l’Euroligue, à Madrid :

Demi-finales, vendredi (18h et 21h)
CSKA Moscou (Rus) - Olympiakos (Grè)
Real Madrid (Esp) - Fenerbahçe (Tur)


La petite finale et la finale se dérouleront dimanche à 17h et 20h.


DE COLO : «L’ÉQUIPE DE FRANCE, IMPORTANT POUR MOI»
Privé de Coupe du monde sur blessure l’été dernier, à quinze jours du premier match, Nando de Colo retrouvera les Bleus cette année, pour l’Euro 2015. L’arrière tricolore s’est imposé au fil des ans et de ses 111 sélections comme l’un des cadres de la sélection de Vincent Collet. Sixième homme de luxe, il sera l’un des principaux atouts tricolores pour viser le doublé à Montpellier et à Lille. «L’équipe de France, c’est toujours quelque-chose d’important pour moi, a-t-il martelé dans Les Mots Bleus, la série de sujets concoctés par la FFBB. Je l’ai déjà dit et je le répète : tant que je suis en forme et ou que je n’en suis pas empêché par des évènements extra-basket, je serai présent.» Assurément une excellente nouvelle pour les Bleus. D’autant plus que De Colo pourra donner de précieux conseils sur Milos Teodosic. Ça peut servir.

Retour à l'accueil