Max Kouguere, la renaissance d'un Bamara

Pratiquement pas utilisé par François Peronnet depuis décembre, l’ailier de l’OLB, Max Kouguere, a été relancé contre Boulogne par le nouvel entraîneur Pierre Vincent. Malgré la défaite, il a beaucoup apporté des deux côtés du terrain.


Il reste cinq minutes à jouer et l'OLB revient petit à petit sur Boulogne, samedi. Max Kouguere, bas sur ses appuis, bondit et oblige Alando Tucker à sortir le ballon en touche… Voilà, Max Kouguere, c'est ça. Un défenseur, mais aussi un athlète, un dunkeur, un homme tout le temps souriant. Un sourire qui aurait pu s'estomper ces deux derniers mois… Pourquoi l'ancien entraîneur de l'OLB, François Peronnet, ne l'a plus fait joué (ou très peu) depuis début décembre reste un mystère. Y a-t-il eu un problème relationnel entre les deux ? En tous les cas, les chiffres sont là. Si le Centrafricain a eu du temps de jeu lors des premiers matches (environ 17 minutes en moyenne sur les 10 premiers matches), cela n'a plus été le cas à partir de décembre : 2 minutes en moyenne sur les 9 derniers… En effet, depuis le match à Nanterre auquel l'ancien vainqueur du concours de dunks de ProA (2007) n'avait pas participé à cause d'une blessure à la cheville, il n'a joué, avant le match contre Boulogne samedi, que 14 minutes sur 320 possibles !


« Ça fait du bien »


L'arrivée d'un nouveau coach à l'OLB a changé la donne pour un Max Kouguere heureux de refouler un parquet de ProA : « Ça fait du bien, ça fait du bien », répétait-il samedi soir. « Cela faisait un moment que je n'avais pas mis le pied sur le parquet. Quand Pierre (Vincent) m'a donné ma chance, j'ai essayé de lui rendre la pareille. » Il a d'ailleurs battu son record de points cette saison avec 12 (4 sur 5 aux tirs) en 19 minutes.

Mais, cela n'a pas changé l'issue de la rencontre où l'OLB, face au dernier de ProA a encaissé sa 16 e défaite (86-79) en 21 rencontres : « On a eu un changement de coach », explique Max Kouguere. « Ce ne sont pas des choses faciles. On n'a pas eu beaucoup de temps pour préparer le match. »

Les Orléanais ne jouent que le 28 février au Mans donc ils vont avoir du temps pour travailler. Notamment en défense : « On a les joueurs pour. Défendre tout terrain, mettre la pression, je peux le faire, Marco (Pellin), c'est son point fort. Et Darnell (Harris) aussi. Mais, quand on change tout comme cela, il faut du temps. »

Retour à l'accueil