Le Panathinaikos en mission périlleuse à Berlin

Après les duels entre les têtes d'affiche, jeudi, les matches de ce vendredi devraient permettre de dégager une hierarchie d'outsiders dans les deux poules, à presque mi-chemin du Top 16 de l'Euroligue.


Le match: Alba Berlin - Panathinaïkos Athènes

Si l'on considère que le champion en titre, Tel Aviv, et les deux ogres espagnols, le Real Madrid et Barcelone, sont intouchables, on comprend vite qu'il ne reste qu'une place à prendre dans le groupe E pour rallier les quarts de finale de l'Euroligue. Un fauteuil qu'occupe actuellement le Panathinaïkos, mais auquel peuvent également prétendre Galatasaray et Berlin. Le dernier nommé a l'occasion de le prouver, vendredi, face au Pana, dans une O2 World où Limoges était venu couler (66-89) en novembre, et où l'Alba a, plus récemment, fait tomber Barcelone (80-70).

D'autant que les Grecs, s'ils sont intraitables à domicile, ont perdu tous leurs matches hors de leurs terres dans ce Top 16. Leurs voyages ont, il est vrai, été délicats, avec Barcelone (76-80) puis Madrid (65-83). Le Panathinaïkos peut au moins s'appuyer sur son bilan récent: il a toujours battu Berlin lors de leurs quatre dernières confrontations.

Le joueur à suivre: Taylor Rochestie

Il passerait presque inaperçu, au milieu des stars de l'Euroligue, d'autant que son équipe, le Nijni Novgorodn, n'est pas vraiment appelé à jouer les premiers rôles dans la compétition. Pour autant, Taylor Rochestie se montre très à son avantage sur les parquets européens cette saison. Avec en moyenne 19,5 points et 6,4 passes par match, le meneur s'est imposé comme un joueur très précieux, notamment pour scorer de loin quand son équipe ne parvient pas à poser ses systèmes (50,7% de réussite à trois points). Face à Moscou la semaine passée, il a été le grand artisan de la résistance du Nijni - qui a poussé le CSKA en prolongation avant de craquer (95-103 a.p.) - en signant une performance très solide (22 points, 9 passes, 4 rebonds et 3 interceptions).

La stat: 12,4

Depuis le départ de Thomas Heurtel, Vitoria est l'équipe du Top 16 qui réussit le moins de passes décisives

C'est, en moyenne, le nombre de passes décisives réussies par match par le Laboral Kutxa depuis le début du Top 16. C'est le total le plus bas du tournoi. Ce chiffre, déjà faible lors de la phase régulière (15,7, 20e rang), a encore diminué en 2015 après le départ vers l'Anadolu Efes Istanbul de Thomas Heurtel, qui est actuellement sur le podium des meilleurs passeurs de la compétition.

La déclaration

«Pour nous, la qualification pour les play-offs de l'Euroligue est davantage un rêve qu'un objectif.» Le coach de l'Alba Berlin, Sasa Obradovic, a parfaitement résumé la situation de son équipe, actuellement bien placée dans le Top 16. Sans pression donc, les Berlinois seront d'autant plus dangereux ce vendredi face au Panathinaïkos, un adversaire direct pour la 4e place. «Le Pana fait partie des meilleures équipes d'Europe depuis des décennies, et il fait partie des favoris pour la qualification dans notre groupe, a-t-il ajouté. On ne pourra prolonger notre rêve qu'en gagnant ce match. Nous n'aurons notre chance que si on parvient à imposer notre rythme dès le début du match, ce que nous n'avons pas très bien fait récemment.»

Retour à l'accueil